Du 22.03 au 25.03/2013

à 20h30, dimanche à 15h30.  vendredi et samedi

Fin de Partie

Durée: 
1h40

« Rien n'est plus drôle que le malheur » écrit Samuel Beckett... Et il le prouve dans cette œuvre majeure qui a révolutionné notre regard sur le théâtre par sa singularité et sa force. 

 Photos © Philippe Delacroix  Photos © Philippe Delacroix  Photos © Philippe Delacroix  Photos © Philippe Delacroix


C'est cette pièce, qui n'a pas pris une ride depuis sa rédaction en 1956, construite comme une sorte de composition musicale, presque mathématique, qui met en scène des personnages capables de « blaguer » sur les choses les plus graves et de prendre au sérieux les plus grandes banalités de l'existence humaine, que Bernard Levy a voulu faire entendre dans une grande fidélité qui n'exclut pas un regard personnel.
Photos © Philippe Delacroix  Photos © Philippe Delacroix  Photos © Philippe Delacroix
Car le théâtre beckettien se construit à travers une masse de didascalies impératives qui ne doit jamais empêcher la liberté d'interprétation, sous peine d'embaumement, en le gardant vivant et jubilatoire. Parce qu'on est ici face à un théâtre qui se moque de lui-même pour ne pas mourir de fatuité, un théâtre qui ne refuse pas les références aux grands ancêtres, William Shakespeare ou Dante Alighieri, un théâtre qui est traversé de références bibliques mais sans que cela éloigne le spectateur puisqu'il n'est pas invité à comprendre intellectuellement ce qui est dit mais à se laisser entraîner dans un univers où tout est possible. Ce théâtre qui ne veut pas signifier, qui ne veut pas souligner le sens mais questionner la réalité du temps qui passe inexorablement, nous touche parce qu'il est d'une profonde humanité. Avec Samuel Beckett, l'angoisse existentielle devient l'objet d'un jeu qui s'inscrit dans une sorte de glissement permanent entre comique et tragique, l'auteur désirant « brouiller » systématiquement nos perceptions, nos certitudes, nos interprétations.
Jean-François Perrier


► Présentation de saison 26.06/2012

Texte Samuel Beckett
Mise en scène Bernard Levy

Les rôles avec Gilles Arbona, Thierry Bosc, Annie Perret, Georges Ser.

Décor Giulio Lichtner
Costumes Elsa Pavanel
Lumières Christian Pinaud
Son Marco Bretonnière
Assistant à la mise en scène Jean-Luc Vincent

Production déléguée Scène nationale de Sénart
Coproduction Compagnie Lire aux Éclats
Co-réalisation Athénée Théâtre Louis-Jouvet


 Photos © Philippe Delacroix

Thierry Bosc invité de Jean-François Cadet pour s'exprimer sur Beckett et Fin de partie. Vous m'en direz des nouvelles ! RFI, le 14.02/2013
Extraits de presse lors de la création.
Itinéraire dans la saison: 
Rencontre autour de Fin de partie
L M M J V S D
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30