mc93_icon_1mc93_icon_10mc93_icon_11mc93_icon_12mc93_icon_13mc93_icon_14mc93_icon_15mc93_icon_16mc93_icon_17mc93_icon_18mc93_icon_19mc93_icon_2mc93_icon_20mc93_icon_21mc93_icon_22mc93_icon_23mc93_icon_24mc93_icon_25mc93_icon_26mc93_icon_3mc93_icon_4mc93_icon_5mc93_icon_6mc93_icon_7mc93_icon_8mc93_icon_9menu-billetteriemenu-calendriermenu-offcanvasnoir_et_rouge_01noir_et_rouge_02noir_et_rouge_03noir_et_rouge_04noir_et_rouge_05noir_et_rouge_06noir_et_rouge_07noir_et_rouge_08noir_et_rouge_09nouveau_symbol_01nouveau_symbol_02nouveau_symbol_03nouveau_symbol_04nouveau_symbol_05nouveau_symbol_06nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08nouveau_symbol_09pass-illimite

La Fabrique d’expériences

Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France
Présentation

État d’urgence culturelle ?

Rencontres initiées par Lazare #1

Jeudi 9 juin à 19h

Les liens des artistes aux territoires et à leurs acteurs.

Avec la participation de :
Hortense Archambault, directrice de la MC93
Stéphanie Aubin, chorégraphe,
Myriam Benhamida, travailleur social, ex-chef de service de l’association Arrimages,
Jamel Bouhassane, graffeur et complice du Théâtre Louis Aragon,
Mériem Derkaoui, vice-présidente du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, chargée de la Culture
Emmanuelle Jouan, directrice du théâtre Louis Aragon
Lazare, auteur et metteur en scène

Et les témoignages filmés de :
Catherine Boskowitz, metteure en scène, D’ de Kabal, artiste et Jean-Claude Tchicaya, praticien, chercheur

Modération : Arnaud Laporte (France Culture)

--

Dans un contexte d’évolution des propositions artistiques et la présence grandissante de « l’art contextuel » ou « relationnel », certains artistes et institutions culturelles sentent de plus en plus le besoin d’inventer de nouvelles formes de création. De nombreux projets d’actions culturelles se déroulent avec des attentes multiples, parfois contradictoires. Comment accompagner au mieux les artistes désireux d’impliquer les habitants, de produire des formats atypiques liés à un contexte précis ? Fruits d’une rencontre forte, d’un échange, ces objets artistiques ont du mal à être identifiés. Or, ils contribuent grandement à tisser des relations et construire du commun. Chacun y a son rôle, enseignant, animateur, acteur culturel, artiste, participant, élu.

Quelles sont les conditions qui favorisent leur bon déroulement ? Quelles sont les entraves qui existent et comment les lever ?

Cette question a émergé lors de discussions entre artistes et acteurs culturels qui se sont déroulées dans les bureaux de la MC93, lancées à l’initiative de l’auteur et metteur en scène Lazare après les attentats de novembre. Pour l’éclairer, un certain nombre de témoignages viendront nourrir la réflexion. (En savoir plus...)

Générique

Rencontre organisée par la MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis et le Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

Biographie(s)
Lazare

Lazare a franchi un jour les portes du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. Depuis, il n’a plus quitté les salles et les plateaux, écrivant ses premières pièces et multipliant les rencontres avec des metteurs en scène tels François Tanguy, Claude Régy ou Stanislas Nordey, qui l’invite à rejoindre l’École du Théâtre National de Bretagne. Auteur dès son adolescence, improvisateur dans les lieux publics, il devient acteur et metteur en scène avant de créer, en 2006, sa compagnie, Vita Nova, dont le nom est une référence à Dante.

Autour de Lazare se constitue un « noyau dur » de fidèles collaborateurs et des lieux refuges comme la Fonderie au Mans, le Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine et l’Échangeur à Bagnolet qui vont l’accompagner dans une grande aventure théâtrale débutée en 2007. Une trilogie qui s’ouvre avec Passé – je ne sais où, qui revient, suivi en 2011 de Au pied du mur sans porte, deux titres empruntés à Pessoa, avant de se conclure, temporairement, avec Rabah Robert, touche ailleurs que là où tu es né. Trilogie dont l’écriture ne fait pas le choix d’un genre littéraire, d’un mode d’expression, mais se transforme à travers le foisonnement des formes et invoque aussi bien des auteurs de théâtre comme Shakespeare, H. Müller ou Tchékhov qu’un poète et dramaturge comme Pouchkine.

« Cette trilogie, s’est construite autour du personnage de Libellule, double de l’auteur, et de sa famille. Une famille entre France et Algérie, réunie autour d’une mère à forte personnalité qui a sa propre langue, et d’un père absent-présent, une famille d’un de ces quartiers de banlieue qui subit et se bat. Mais le théâtre de Lazare n’est pas pour autant un théâtre documentaire. C’est un théâtre qui vit à travers l’écriture, un théâtre de rêve, de fragments, de retours en arrière, de frottements, de vrai et de faux, un théâtre qui fait de la parole recomposée le cœur de la représentation. Une parole écrite, rythmée comme une partition, dont l’oralité traverse le corps des acteurs et leur donne une énergie vitale. Pas de jugements, pas d’explications, pas de lieux communs dans ce théâtre qui bouscule autant les formes de représentation que l’écriture dramatique. » (Jean-François Perrier)

En 2014 Lazare s’écarte de cette grande fresque épique pour écrire Petits contes d’amour et d’obscurité présenté au dernier festival Mettre en scène à Rennes.

Il est aujourd’hui artiste associé au Théâtre National de Strasbourg.


QUELQUES REPERES

Lazare est né le 29 mars 1975 à Fontenay aux Roses. Il suit une formation d’acteur au Théâtre du Fil (théâtre de la Protection judiciaire de l’enfance) de 1995 à 1996, puis à l’école du Théâtre National de Bretagne, de 2000 à 2003, dirigée par Stanislas Nordey

Il écrit et met en scène :

  • Passé – je ne sais où, qui revient • Bourse de création du Centre National du Livre, en juin 2007.
    Un prologue de Passé – je ne sais où, qui revient reçoit un encouragement du CNT, en décembre 2008.
    Création par l’auteur, L'Échangeur - Bagnolet, 2009. Ateliers Berthier - festival Impatience, juin 2010. En tournée en 2011.
     
  • Au pied du mur sans porte 
    Création au Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine, février 2010. Festival d’Avignon, 2013. Théâtre des Abbesses, avril 2016.
     
  • Rabah Robert (touche ailleurs que là où tu es né)
    Création festival Mettre en scène, Théâtre National de Bretagne à Rennes, novembre 2012. Théâtre 2 Gennevilliers, février 2014. Puis tournée.
     
  • Petits contes d’amour et d’obscurité
    Création au festival Mettre en scène à Rennes, en novembre 2014 (puis en tournée). 104 / Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine, juin 2016.

Et :

Inua – complainte pour la circassienne Netty Radvanyi et son cheval Arto.
Purgatoire, Limonaire à Paris en 2000.
Cœur Instamment Dénudé, Lavoir Moderne Parisien en 2000.
Orcime et Faïence, T.G.P. de Saint-Denis en décembre 1999.

Acteur, il fait de nombreuses improvisations, accompagné de musiciens au festival La voix est libre au Théâtre des Bouffes du Nord, de 2005 à 2009, avec entre autres, Balaké Sissoko, Jean-François Pauvros, Benjamin Colin.
Résident à la Fondation Royaumont en 2008, il participe à la tournée franco-malienne Du griot au slameur, de mai à décembre 2008.

Il joue sous la direction du chorégraphe Josef Nadj dans le Sherry Brandy (2011), et des metteurs en scène Stanislas Nordey, Pascal Kisrch, Claude Merlin, Ivan Stanev.

Il dirige des ateliers d’écriture par l’improvisation. En 2012, il accompagne pendant trois mois l'atelier d'écriture hebdomadaire du Théâtre 2 Gennevilliers. En 2013, la classe de terminale pro en plasturgie du lycée Galilée à Gennevilliers.


Mise à jour, janvier 2016

dates
  • jeu 9 juin 2016
tarifs

Gratuit

Inscription

rp@mc93.com et
(+33) 1 41 60 72 72 ou
theatre.aragon@tremblayenfrance.fr
et (+33) 1 49 63 70 58