mc93_icon_1mc93_icon_10mc93_icon_11mc93_icon_12mc93_icon_13mc93_icon_14mc93_icon_15mc93_icon_16mc93_icon_17mc93_icon_18mc93_icon_19mc93_icon_2mc93_icon_20mc93_icon_21mc93_icon_22mc93_icon_23mc93_icon_24mc93_icon_25mc93_icon_26mc93_icon_3mc93_icon_4mc93_icon_5mc93_icon_6mc93_icon_7mc93_icon_8mc93_icon_9menu-billetteriemenu-calendriermenu-offcanvasnoir_et_rouge_01noir_et_rouge_02noir_et_rouge_03noir_et_rouge_04noir_et_rouge_05noir_et_rouge_06noir_et_rouge_07noir_et_rouge_08noir_et_rouge_09nouveau_symbol_01nouveau_symbol_02nouveau_symbol_03nouveau_symbol_04nouveau_symbol_05nouveau_symbol_06nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08nouveau_symbol_09pass-illimite

Saison 2016-2017

Le Monfort théâtre, Paris
Présentation

Interview

Nicolas Truong
théâtre

29 mai > 17 juin

- 1h30

Impossible dans notre monde sur médiatisé d’échapper à cet exercice journalistique qu’est l’interview. Hommes politiques et artistes, sportifs et anonymes s’y livrent dans un ballet incessant. Intrusive ou complaisante, combative ou complice, posthume ou imaginaire, sentencieuse ou burlesque, l’interview est un jeu de rôle, un théâtre, une piste de danse où se joue la confrontation de deux subjectivités. Mais, à l’ère du bavardage généralisé, l’enjeu consiste à y faire encore advenir des vérités, des paroles qui viennent rompre le conformisme et la banalité grâce à cet art singulier de « l’accouchement de la pensée ».

C’est cette diversité du genre, cette interrogation sur le questionnement que Nicolas Truong, journaliste rompu à l’exercice, veut faire entendre. De Pasolini à Deleuze, de Florence Aubenas à Jean Hatzfeld, c’est toute une galaxie d’interviewés et d’interviewers qui reprennent la parole, tous les questionneurs qui sont questionnés sur leurs entretiens réussis ou leurs rencontres ratées. On entendra le passage d’un langage formaté à une parole incarnée. Hors de tout naturalisme, de toute reconstitution à l’identique, place est faite au jeu, au corps-à-corps, à la déconstruction, à la reconstruction, à l’imagination. Du mensonge assumé au désarroi incontrôlable, de la connivence à l’agressivité, ce sont aussi bien notre mémoire collective que notre modernité qui seront mises en scène dans ce théâtre de la parole. 

Judith Henry et Nicolas Bouchaud seront à tour de rôle interviewer et interviewé, jouant cette galerie de personnages souvent hauts en couleur, sans ironie mais toujours avec humour, pour nous plonger dans les méandres d’un genre qui - malgré sa banalisation - permet révélations, coups de théâtre et émotions partagées. Entre fosse aux lions et cabinet de psychanalyste, un certain art de l’interview construit un espace au sein duquel la parole peut se libérer.

Parce que « nous sommes tous en danger », comme le dit Pasolini dans sa dernière interview, le spectacle est également conçu comme un grand entretien sur le temps présent. Comment se débrouiller avec la vie ? Peut-on encore dire nous ? Comment, tel que nous y invite l’historien Patrick Boucheron dans son interprétation de La fresque du bon et du mauvais gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti (1338), sortir de nos « solitudes apeurées » ?

LA PRESSE EN PARLE


La Croix, le 21 juillet 2016 par Didier Méreuze | Lire l'article |
Pour qu’une interview soit réussie, est-il dit, « il faut du temps, de la patience ». Et plus, encore, une « empathie » avec l’interrogé. Voire une complicité. À l’image de celle qui s’établit entre Nicolas Bouchaud, Judith Henry et chacun des spectateurs. Tout le secret de la réussite tient là.

Les Trois Coups, le 24 juillet 2016 par Michel Dieuaide | Lire l'article |
Une passionnante exploration de l’oralité de l’interview portée par le talent de Nicolas Bouchaud et Judith Henry au service de l’écriture critique et engagée de Nicolas Truong.

Générique

Conception et mise en scène Nicolas Truong

Interprétation et collaboration artistique Nicolas Bouchaud et Judith Henry

Dramaturgie Thomas Pondevie
Scénographie et costumes Elise Capdenat
Assistante à la scénographie Alix Boillot
Lumière Philippe Berthomé
Régie générale Lionel Lecœur  
Régie lumière Éric Louchet
Son Mathias Szlamowicz
Répétitrice Anne de Queiroz

-

Production déléguée MC93 Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis.

Coproduction Le Théâtre des idées, Théâtre du Rond-Point, Théâtre national de Strasbourg. Avec le soutien du Princeton Festival, du Monfort théâtre et du Théâtre Paris-Villette. Création soutenue par la Région Île-de-France

Création du spectacle au Festival d'Avignon 2016.

Sources


Le spectacle est conçu à partir d’extraits de textes, de films et d’entretiens

Chronique d’un été, film d'Edgar Morin et Jean Rouch, Argos films, 1961

Entretien avec Yves Bonnefoy, dans Le beau danger, Michel Foucault, Éditions de l’EHESS, 2011

Journal 1966-1971, Max Frisch, Suhrkamp Verlag Frankfurt am Main, 1972 et Éditions Gallimard, 1976, pour la traduction française

Le philosophe masqué, entretien avec Christian Delacampagne (Le Monde, février 1980), dans Dits et écrits, Michel Foucault, Éditions Gallimard

Les effets du bon et du mauvais gouvernement, Fresque d'Ambroglio Loerenzetti, Palazzo Publico, Siene, 1338, Scala Archive, Paris, 2016 et Leemage, Paris

Remerciements à Patrick Boucheron, auteur de Conjurer la peur (Éditions du Seuil, 2013).

L’Abécédaire de Gilles Deleuze (Lettre Q), film de Michel Pamart, 1988

L'Ultima intervista di Pasolini, Furio Colombo & Gian Carlo Ferretti, Avagliano Editore, Rome et Éditions Allia, 2010, pour la traduction française

Entretiens menés avec Florence Aubenas, Patrick Boucheron, Régis Debray, Jean Hatzfeld et Edgar Morin.

Micro-trottoirs réalisés par Martine Abat, Arnaud Contreras, Leïla Djitli, Rémi Douat et Pascale Pascariello

Remerciements à Martine Abat, Sabah Abouessalam, Laure Adler, Emma Bauer, Camille de Chesnay, Henri-Paul Fruchaud, Frédéric Gros, Iannis Haillet, Séverine Nikel, Nouveau Théâtre de Montreuil, Monique Peyrière, Jacques Rancière, Fanny Richez, Hary Odé, Anne Roulier, Arianna Sforzini et Anne Sinclair.

 

Biographie(s)
Nicolas Trong

Responsable des pages Idées et Débats du journal Le Monde, Nicolas Truong est un fin connaisseur du mouvement des idées contemporaines. Arpenteur éclairé de la pensée philosophique des XXe et XXIe siècles, il organise le Théâtre des idées au Festival d'Avignon entre 2004 et 2013 puis participe à partir de 2014 aux Ateliers de la pensée. De ces rendez-vous naîtront plusieurs publications comme Résistances intellectuelles (L'Aube, 2013) ou Éloge du théâtre écrit avec Alain Badiou (Flammarion, 2016).

S'interrogeant sur la relation entre la scène et les idées, il crée en 2003 La Vie sur Terre, adaptation théâtrale de textes issus de la pensée critique. Depuis, il tente de faire vivre un théâtre philosophique, savant et ludique, qui vise à « faire advenir des émotions de pensée ».

C'est ainsi qu'est né le Projet Luciole, présenté en 2013 au Festival d'Avignon, en collaboration avec Judith Henry et Nicolas Bouchaud qui construisent avec lui son projet Interview.

Judith Henry

Judith Henry a été étudiante à l’École des Enfants du Spectacle et à l’École Nationale du cirque, et a débuté sur les planches dès l’âge de 11 ans. Au théâtre, elle joue notamment sous la direction de Jacques Nichet, Matthias Langhoff, Nicolas Bigards, Bruno Boëglin Christophe Perton, Nicolas Truong (Projet Luciole), Stanislas Nordey (Je suis Fassbinder). En 1990, elle participe à la création de la compagnie Sentimental Bourreau, avec laquelle elle joue plus d’une dizaine de spectacles. Au cinéma, c’est son rôle de Catherine dans La Discrète de Christian Vincent qui la révèle au grand public et lui permet de remporter un César du meilleur espoir en 1990. Plus récemment, elle a joué dans Rendez-vous à Kiruna, film réalisé par Anna Novion, Fever de Raphael Niel et Les vacances du Petit Nicolas de Laurent Tirard.

Nicolas Bouchaud

Nicolas Bouchaud a travaillé avec Didier-Georges Gabily. Depuis 1998, il collabore avec Jean-François Sivadier. Il fait partie de la création collective du Partage de Midi de Claudel au Festival d’Avignon en 2008. Il a également joué pour Rodrigo García ainsi que pour Frédéric Fisbach dans Mademoiselle Julie, créé pour l’édition 2011 du Festival d’Avignon. En 2010, il a par ailleurs créé avec Éric Didry La Loi du marcheur à partir de textes de Serge Daney et Un métier idéal d’après le livre de John Berger et de Jean Mohr. Sa collaboration avec Nicolas Truong commence avec Projet Luciole en 2013. Il a également participé à plusieurs films, tant au cinéma qu’à la télévision. Il a reçu le Prix de la Critique pour son rôle dans Le Misanthrope mis en scène par Jean-François Sivadier en 2013.