mc93_icon_1mc93_icon_10mc93_icon_11mc93_icon_12mc93_icon_13mc93_icon_14mc93_icon_15mc93_icon_16mc93_icon_17mc93_icon_18mc93_icon_19mc93_icon_2mc93_icon_20mc93_icon_21mc93_icon_22mc93_icon_23mc93_icon_24mc93_icon_25mc93_icon_26mc93_icon_3mc93_icon_4mc93_icon_5mc93_icon_6mc93_icon_7mc93_icon_8mc93_icon_9menu-billetteriemenu-calendriermenu-offcanvasnoir_et_rouge_01noir_et_rouge_02noir_et_rouge_03noir_et_rouge_04noir_et_rouge_05noir_et_rouge_06noir_et_rouge_07noir_et_rouge_08noir_et_rouge_09nouveau_symbol_01nouveau_symbol_02nouveau_symbol_03nouveau_symbol_04nouveau_symbol_05nouveau_symbol_06nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08nouveau_symbol_09pass-illimite

Saison 2016-2017

Nouveau Théâtre de Montreuil
Présentation

Sombre rivière

Lazare
théâtre

29 mars > 6 avril

- 2h

Depuis ses tout premiers textes, Lazare questionne le présent, son présent, notre présent qu'il ne sépare jamais de ce qui fût son histoire, notre histoire. Il ne cesse d'interroger le passé pour mieux comprendre aujourd'hui, faisant parler vivants et morts, nous entraînant dans le monde trouble des secrets qui finissent par se révéler. Son écriture sait rendre poétique la langue orale de ceux qui ne maîtrisent pas la langue « savante », de ceux qui vivent dans les marges d'une société cabossée.

Avec Sombre Rivière, titre d'un standard de blues, c'est dans la musique et le chant que nous entraînent Lazare et ses compagnons de route pour dire tout à la fois la violence trop actuelle du monde et la force des songes.

Se souvenant de Rainer Werner Fassbinder interviewant sa mère dans son film L'Allemagne en automne, Lazare écrit deux monologues construits comme deux conversations téléphoniques, une avec sa mère, l'autre avec le metteur en scène Claude Régy, pour parler de cette violence qui nous enserre et nous rend peureux et sans défense. Ces deux textes, où l'on n'entend que la parole d'un des correspondants et où l'on devine dans les silences celle de l'interlocuteur, permettent à Lazare de poursuivre son chemin sur la voie d'un théâtre où « la musique est une respiration de l'écriture ».

Un théâtre fort, exceptionnel, profondément personnel « fait d'improvisations et de rythmes qui alterne scènes parlées-chantées et musique », le théâtre d’un artiste pour qui écrire est encore plus nécessaire depuis les attentats de novembre 2015 à Paris.

Générique

Texte et mise en scène Lazare

Avec Anne Baudoux, Laurie Bellanca, Ludmilla Dabo, Julie Héga, Louis Jeffroy, Julien Lacroix, Olivier Leite, Lazare, Mourad Musset et Julien Villa

Collaboration artistique Marion Faure
Lumières Christian Dubet
Scénographie Olivier Brichet en collaboration avec Daniel Jeanneteau
Costumes En cours
Son Jonathan Reig
Vidéo En cours
Chef opérateur Robin Fresson
Chef de chœur Samuel Boré

-

Production TNS — Théâtre national de Strasbourg, Compagnie Vita Nova.

Coproduction MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Le Grand T — théâtre de Loire-Atlantique, Le Liberté — Scène nationale de Toulon

Avec le soutien de Canal 93.

Biographie(s)
Lazare

Lazare franchit un jour les portes du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. Depuis, il n’a plus quitté les salles et les plateaux, écrivant ses premières pièces et multipliant les rencontres avec des metteurs en scène tels que François Tanguy, Claude Régy ou Stanislas Nordey, qui l’invite à rejoindre l’École du Théâtre national de Bretagne. Auteur dès son adolescence, improvisateur dans les lieux publics, il devient acteur et metteur en scène avant de créer, en 2006, sa compagnie Vita Nova, dont le nom est une référence à la Divine Comédie de Dante. Il fait de nombreuses improvisations, accompagné de musiciens au festival La voix est libre au Théâtre des Bouffes du Nord, de 2005 à 2009, avec entre autres, Balaké Sissoko, Jean François Pauvros et Benjamin Colin. Résident à la Fondation Royaumont en 2008, il  participe à la tournée franco-malienne Du griot au slameur, de mai à décembre 2008. Il joue sous la direction du chorégraphe Josef Nadj dans Sherry Brandy (2011), et des metteurs en scène Stanislas Nordey, Pascal Kisrch, Claude merlin et Ivan Stanev.

Autour de Lazare se constitue un « noyau dur » de fidèles collaborateurs et des lieux refuges comme La Fonderie au Mans, le Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine et l’Échangeur à Bagnolet qui vont l’accompagner dans une grande aventure théâtrale débutée en 2007. Une trilogie qui s’ouvre avec Passé – je ne sais où, qui revient, suivi en 2011 de Au pied du mur sans porte, deux titres empruntés à Pessoa, avant de se conclure, temporairement, avec Rabah Robert, touche ailleurs que là où tu es né. En 2014, Lazare s’écarte de cette grande fresque épique pour écrire Petits contes d’amour et d’obscurité présenté au dernier festival Mettre en scène à Rennes.

Il dirige des ateliers d’écriture par l’improvisation. En 2012, il accompagne pendant trois mois l'atelier d'écriture hebdomadaire du Théâtre de Gennevilliers. En 2014, la classe de terminale pro en plasturgie du lycée Galilée à Gennevilliers.

Depuis septembre 2014, il est artiste associé au Théâtre national de Strasbourg.

De février à mai 2016, il encadre Troupe Avenir, un atelier d’improvisation théâtrale et musicale destiné aux jeunes n’ayant jamais fait de théâtre.

Avec les élèves du Groupe 43 de l'École du TNS, il met en scène ses textes Sur ses gardes suivis de Nuit étoilée en mai 2016 à l’édition spéciale « Écoles de Passages – Rencontres des Écoles de Théâtre d’ Europe » créée par le Festival Passages.

Et aussi…

tarifs

de 8€ à 23€

À savoir

Nouveau théâtre de Montreuil
Centre dramatique national
10 place Jean Jaurès
93100 Montreuil
+ d'infos

Un service de restauration est proposé sur place.