mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Le Théâtre rate

Eymoutiers - Bobigny connexion

Si nous additionnons le temps passé ensemble à travailler sur Crime et châtiment, ça doit faire l’équivalent d’environ trois semaines pleines. Réparties sur une année, un week-end par mois, puis à la fin une semaine intensive à Eymoutiers, aux Abattoirs. On s’est penché sur le roman. Avec le groupe, on a lu ensemble des pans entiers à haute voix, Amandine, Sylvain et moi (l'autre Sylvain) on a pro-posé des passages entiers du roman sur le plateau, les ac-teurs proposaient des scènes, on a coupé, on a essayé, on a travaillé comme en troupe, dans la mêlée et le désordre. Ça ressemblait vraiment à une répétition de théâtre. À la fin, ça fait trois petits spectacles d’une heure. Ou un spec-tacle de trois heures avec deux entractes. Je ne sais pas si nous avons bien travaillé. Parfois, j’ai eu l’impression que oui. Parfois, non. Mais la troupe s’est formée et a tenu avec une belle énergie, un désir constant. Aujourd'hui, ils ont l'œuvre dans le ventre. Dostoïevski soulève des questions, des tempêtes parfois, il met mal à l’aise, il interroge. En le regardant, on se regarde.

Ça parle de quoi Crime (comme on dit) ? Crime, ça raconte l’histoire d’une famille, la famille Raskolnikov, qu’on apprend d’abord à connaître par le personnage du jeune homme, le fils, le frère, Rodion Romanovitch qui a une idée particulière : il existe des hommes exceptionnels, qui du fait de leur caractère exceptionnel, ont le droit de tuer pour élever l'humanité. Rodion est un étudiant, très pauvre, et même, au début du roman, il ne veut plus étu-dier, ni même donner des cours pour payer son loyer. Il semble se laisser aller salement, et des idées traînent dans sa tête perdue, comme celle dont je viens de parler. Tant et si bien qu’il tue une vieille usurière qui est coupable selon lui d’être ce qu’elle est (sic !) – et malencontreuse-ment, si on peut dire –, la sœur de cette dernière qui pas-sait par là et qui, elle, est innocente. C’est une idée et cet acte qui sont à l’origine de tout le roman, et nous suivons ensuite Raskolnikov qui tente d’échapper à la police et à sa conscience. La conscience de son crime, et le combat avec elle, sera pour lui le véritable chemin de salut et peut-être qu’au bout quelque chose de lui, en lui, et au monde, pourra-t-il être réparé… grâce notamment à une jeune fille, Sonia… On ne sait pas, on va voir.

Sylvain Creuzevault, juillet 2019

On s’est vu en janvier un soir à Tulle pour se présenter et on était 13. En février, on a fait cinq jours de travail comme des répétions, avec des propositions des acteurs et des structures que je proposais. Pour se rencontrer et découvrir ces carnets. Là on était 10. Puis on ne s’est plus vu jusqu’en juillet mais on a beaucoup échangé par mail, 73 si mes souvenirs sont bons, par téléphone aussi. En juillet, nous étions 9 et nous avons travaillé deux jours. C’était tout à fait catastrophique comme retrouvailles. Avant le festival Le Théâtre Rate à Eymoutiers on a pris cinq jours pour gifler cette catastrophe et raconter cet homme malade, cet homme mauvais, ridicule aussi. Très marrant cet homme.

Frédéric Noaille