mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

La Fabrique d’expériences

Présentation

Ca raconte ca

Avec le Master Création littéraire de l'université Paris VIII

Il semblerait qu’on soit toujours le spectateur de quelque chose – enfin, parfois. Il semblerait aussi, du moins sociologiquement depuis Rancière, que le spectateur se soit émancipé, que le sujet et l’objet c’est forcément une affaire de co-construction. Qu’on entend même le faire participer, interactivement, le spectateur. Il semblerait bien qu’on puisse y prendre du plaisir, à être spectateur – assis debout embarqué choqué séduit fasciné – mais que cette position est intenable quand le monde dans lequel nous vivons s’effondre sur lui-même, plus ou moins lentement. Que le mot fait peur à certain.e.s, et qu’il en rassure d’autres. Il semblerait que tout dépend : où on se tient, et devant quoi, au juste, comment on se place, qui parle, à qui, pourquoi, et depuis quels possibles, quelle capacité, quelle sensibilité ? Que ce mot-là en appelle de nombreux autres – observer, écouter, culture, économie, économie de l’attention, étudier, apprendre, éducation, distance, pouvoirs publics, décor, texte, imiter, témoigner, se laisser émouvoir et se laisser porter, show must go on, ennui, dialogue, réagir, prendre conscience, action... Que ce mot circule, partout, du théâtre à la rue, de la scène au réel, du temps pour soi à l’urgence politique. 

Pas évident. Tant mieux. Ça donne du grain à moudre.

Accueilli par la MC93 à Bobigny, le Master 1 de Création littéraire de l’université Paris 8 s’est trouvé, in situ, traversé par cette notion, et a tenté de la saisir, ou de la laisser échapper, ou d’aller voir ailleurs si elle y était, aussi, ou pas. Pendant dix jours, nous avons arpenté la MC93 : rencontré les équipes, vu des spectacles de la programmation, participé aux ateliers, échangé avec des habitué.e.s du lieu, et des habitant.e.s de Bobigny... Une découverte par fragments, dans un temps très court, une expérience collective, passionnante. Qui n’a rien eu d’un huis clos : nous avons été rattrapé.e.s par les événements, le spectacle du dehors est venu bousculer l’ordre attendu des choses, pour s’infiltrer dans nos textes. « Ça raconte ça » donne à entendre cet instant -t, un moment partagé et traduit par une pluralité de regards, de pensées, de désirs et d’écritures, assemblés ici dans une série de textes lus.