mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Saison 2023-2024

LES DERNIÈRES FAUVETTES

Exposition d'Alexia Fiasco
Lauréate du concours Territoire(s) #4 du IN Seine-Saint-Denis

Du 13 janvier au 30 mars 2024
Hall de la MC93


Chaque année, le IN Seine-Saint-Denis, marque de territoire du Conseil départemental et la MC93 s'associent pour valoriser la création photographique autour du concours Territoire(s). L’objectif est de donner à voir une image actuelle du département, en sélectionnant un·e artiste photographe qui porte un regard singulier sur ce territoire et qui souhaite le traduire en photographie. Alexia Fiasco est la lauréate de cette nouvelle édition, son exposition est présentée dans le Hall de la MC93 du 13 janvier au 30 mars 2024.
 


Une cité n’est pas seulement faite de briques, de béton et d’acier.

À l’aune de l’annonce de la disparition prochaine de la cité des Fauvettes à Pierrefitte-sur-Seine, la démarche photographique et sociale d’Alexia Fiasco nous rappelle qu’une cité est avant tout une incroyable fabrique relationnelle : l’histoire conjointe de familles qui se connaissent, de voisins qui se saluent, d’enfants qui ont appris à jouer ensemble, de palabres et de partages.

En collaboration avec Alexia Fiasco, les habitant·es dressent le portrait de cette cité dans un entrelacement de visages et de matières.

Toutes ces images, ces traces déposées composent une archive de l’impalpable. Pensé comme une cérémonie d’adieu, ce projet réparateur a pour vocation d’accompagner les habitant·es dans ce douloureux processus qu’est la démolition d’un quartier.

Raphaële Bertho Commissaire de l’exposition

Entretien


Comment ce projet est-il né ?

Alexia Fiasco : Il a commencé avec les derniers enfants de cette cité pierrefittoise et a pour ambition de continuer avec le reste des personnes qui occupent cet espace. Ce sont principalement des migrants victimes des marchands de sommeil, des dealers, des mécaniciens qui se sont appropriés les espaces extérieurs pour en faire un garage « sauvage ». Il y a aussi des jeunes qui continuent  de s’y retrouver – même s’ils ont été relogés loin d’ici il y a longtemps – les cuisinières des restaurants clandestins et surtout les derniers propriétaires en errance administrative. Toute une micro-société en autogestion avec laquelle je travaille au quotidien depuis plus d’un an et qui me rappelle l’importance de l’impact qu’un environnement laisse sur les corps mais aussi celui que les corps laissent sur un environnement.

Comment réalises-tu ces images ?

Les habitants de la cité se baladent à la recherche de petits objets qui les réconcilient avec leur histoire, à la recherche des dernières traces de végétation qui subsistent parmi les décombres et qui étaient là bien avant que tout s’effondre. Dans un second temps, chaque habitant réalise une composition mêlant leur image à la végétation et aux objets qui les racontent. Il en résulte une série de portraits, des visages auxquels se mêlent des feuilles, des fleurs, des objets, des couleurs. Dans ces compositions insolites, chacun se raconte, (ré)apprend à se regarder, car les histoires de ces personnes qui vivent pour la majorité dans la précarité ont trop longtemps été invisibilisées.

Pourquoi la photographie ?

En tant que femme noire, j'ai grandi avec la frustration d'avoir peu de représentations iconographiques auxquelles je pouvais m'identifier. Très vite, la question de l'archive, et notamment celle de la mémoire post-coloniale, a commencé à animer mon travail. La photographie m'est parvenue comme une évidence, d'abord par sa fonction de documentation, puis par ses nombreuses possibilités de détournements plastiques qui me permettent d’élargir le champ des imaginaires des corps et des histoires minorisés.

Propos recueillis par Raphaële Bertho, en octobre 2023.

Retour sur le vernissage

L'exposition Les Dernières Fauvettes a été inaugurée le 13 janvier autour d'un vernissage, accompagné d'une performance Nos Vies Vos Tours conçue par les écrivaines Chouf et Diatty Diallo en collaboration avec les habitant·es du quartier Joncherolles-Fauvettes. 

  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot
  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot
  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot
  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot
  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot
  • Vernissage Les Dernières Fauvettes © Jérémy Piot

« Merci aux habitant.es et occupant.es du quartier Joncherolles-Fauvettes pour leur temps, leur confiance et leur générosité et à Fatima Bouferroum pour son aide précieuse. Merci aux membres de l’association Maestra et à ses partenaires, la Plaine Commune, la Ville de Pierrefitte et la Main 93-0. » 
Alexia Fiasco


*  *  *

Le concours Territoire(s) est organisé en partenariat avec le IN Seine-Saint-Denis.

Exposition réalisée en partenariat avec

Le projet a été mené en partenariat avec

Cette série est représentée par Galerie Gomis.