mc93_icon_1mc93_icon_10mc93_icon_11mc93_icon_12mc93_icon_13mc93_icon_14mc93_icon_15mc93_icon_16mc93_icon_17mc93_icon_18mc93_icon_19mc93_icon_2mc93_icon_20mc93_icon_21mc93_icon_22mc93_icon_23mc93_icon_24mc93_icon_25mc93_icon_26mc93_icon_3mc93_icon_4mc93_icon_5mc93_icon_6mc93_icon_7mc93_icon_8mc93_icon_9menu-billetteriemenu-calendriermenu-offcanvasmenu-saisonnoir_et_rouge_01noir_et_rouge_02noir_et_rouge_03noir_et_rouge_04noir_et_rouge_05noir_et_rouge_06noir_et_rouge_07noir_et_rouge_08noir_et_rouge_09nouveau_symbol_01nouveau_symbol_02nouveau_symbol_03nouveau_symbol_04nouveau_symbol_05nouveau_symbol_06nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08nouveau_symbol_09pass-illimite

Saison 2017 / 2018

Salle Christian Bourgois
Présentation

Chroniques d'une révolution orpheline

Leyla-Claire Rabih
Théâtre
2 > 10 février
- 2h15

Entre 2011 et 2013, la révolution syrienne ne s’est pas encore muée en une immense catastrophe humaine et un imbroglio géopolitique inextricable. Dans ce triptyque composé par Leyla-Claire Rabih à partir de textes de Mohammad Al Attar, un groupe de jeunes gens épris de liberté affronte pacifiquement la dictature.

Au printemps 2011, les premières manifestations pour la démocratie s’organisent ici et là en Syrie. Ces rassemblements sont sévèrement réprimés mais suscitent dans le monde le formidable espoir que le peuple syrien puisse enfin s’émanciper de la dictature. Leyla-Claire Rabih est à Paris, elle suit les nouvelles en permanence et en perd le sommeil. Peu à peu s’impose le besoin de concevoir un travail dramatique autour des premiers temps de cette révolution aujourd’hui « orpheline » et abandonnée par ses premiers soutiens.

La metteure en scène compose un triptyque à partir de textes de Mohammad Al Attar et elle choisit d’être présente sur scène à la fois traductrice, narratrice et témoin. Les jeunes protagonistes de classe moyenne et plutôt laïcs, brassent dans leurs moindres nuances, au quotidien, les enjeux d’une situation de crise où palpite un existentialisme universel.

Générique

Mise en scène Leyla-Claire Rabih

Texte Mohammad Al Attar
Traduction Jumana Al-Yasiri et Leyla-Claire Rabih

Avec Soleïma Arabi, Wissam Arbache, Racha Baroud, Leyla-Claire Rabih, Grégoire Tachnakian, Elie Youssef.

Scénographie Jean-Christophe Lanquetin
Collaboration artistique Catherine Boskowitz
Conseil artistique Jumana Al-Yasiri
Assistanat à la mise en scène Philippe Journo
Création sonore Anouschka Trocker
Assistanat à la scénographie Maxime Chudeau
Régie générale Anthony Dascola

-

Production Grenier Neuf 2017

Coproduction Théâtre Dijon Bourgogne, MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi, scène conventionnée pour la diversité linguistique

Biographie(s)
Leyla-Claire Rabih

Après des études littéraires, Leyla-Claire Rabih a été formée à la mise en scène par Manfred Karge au Conservatoire Supérieur Ernst Busch de Berlin 1997 à 2002. Elle a été l’assistante de Thomas Ostermeier, Manfred Karge et Robert Cantarella. En 2004, elle bénéficie d’une bourse-séjour à l’Akadémie Schloss Solitude à Stuttgart, où elle travaille avec l’auteur et dramaturge Margareth Obexer.

Pendant dix ans, elle concentre l’essentiel de ses activités en Allemagne. Elle travaille comme metteur en scène et alterne entre le théâtre allemand subventionné (DT Göttingen, Staatstheater Cottbus …) et la scène indépendante (Berlin Sophiensaele, Festival BBI Suisse …), tout en axant son travail autour du répertoire contemporain et du travail avec de jeunes auteurs.

A Berlin, elle met en scène en 2000 à l’Ecole Ernst Busch /Bat, La Musica II de M. Duras et en 2002, La Résurrection de Lazare de Gérard François. En 2001, elle co-réalise avec Markus Joss, une adaptation théâtrale de L’Institut Benjamenta de Robert Walser pour le Festival Frictions à Dijon. En 2003, elle met en scène Tabataba de B-M. Koltès au Hans-Otto Theater à Potsdam puis, en 2006, Le Procès d’après Kafka au DT Göttingen. Elle a également monté deux textes de Fritz Kater, Un temps pour aimer, un temps pour mourir, en 2005 au Staatstheater à Cottbus et Vineta, pour sa création en France, au Théâtre Dijon Bourgogne en 2006. En 2003, elle rassemble avec Markus Joss un collectif d’artistes pour la création d’une installation sonore Alpinarium 3 pour le Festival BBI à Friburg en Suisse. Alpinarium 3 a été invité dans divers festivals en France, en Allemagne et en Suisse.

Installée à Dijon, Leyla Rabih met en scène Les Voisins de Michel Vinaver en juin 2007. Elle crée en 2008 la compagnie Grenier/Neuf avec laquelle elle travaille depuis trois ans sur les écritures contemporaines. En 2008, elle met en scène à Dijon Zéphira. Les pieds dans la poussière, un texte de Virginie Thirion et, en 2009, Tu as bien fait de venir, Paul, de Louis Calaferte. En 2010, elle met en scène Casimir et Caroline d’après Horváth dont elle rédige l’adaptation avec Marianne Costa. Le spectacle est créé en avril 2010 au Théâtre du Parvis Saint Jean en coproduction avec le Théâtre Dijon Bourgogne. En parallèle, elle poursuit ses activités outre-rhin au Theater Konstanz avec la création allemande du texte de Mark Ravenhill, Der Schnitt en 2008, Nordost de Torsten Buchsteiner en 2009, puis de Schwester von de Lot vekemanns en 2010.

A partir de 2011, en tandem avec le traducteur Frank Weigand, elle est chargée de la direction de publication de la collection « SCENE, Neue französische Theaterstücke » qui depuis 1999 propose chaque année un volume réunissant cinq pièces d’auteurs contemporains de langue française traduites en allemand. Depuis 2006, la collection « SCENE » est éditée par Theater der Zeit, éditeur allemand de référence dans le domaine du théâtre contemporain. La collection est diffusée très largement auprès des professionnels du milieu théâtral allemand.

Depuis 2012, elle est membre de la commission d’attribution de l’aide à la création du Centre National du Théâtre.