mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Saison 2022-2023

Quartier Général Agir ensemble

En octobre 2018, je reçois la visite de François Hers. Cet artiste photographe est à l'origine du protocole des Nouveaux commanditaires qui est depuis 30 ans un des programmes artistiques phares de la Fondation de France, désormais répandu en Europe. François Hers considère que la démocratie doit permettre au pouvoir de la commande artistique d'être désormais à la portée de chaque citoyen. En effet, souvent l'art peut contribuer à réparer, éclairer, dénouer, crisper, mettre à jour des situations de relations sociales. Il ne s'agit nullement d'instrumentaliser les artistes, ni de leur demander de résoudre des questions existentielles, économiques ou politiques, mais bien de considérer que l'imaginaire peut être au service d'une demande sociale. À la MC93, dans les différents projets qui composent notre Fabrique d'expériences, nous le savons bien.

Ainsi nous avons accepté avec joie cette expérimentation, sans mesurer tout à fait qu'elle allait nous occuper plusieurs années, créer des liens forts entre des personnes qui ne se connaissaient pas, nous bousculer tous, commanditaires, artistes, médiateurs et équipe de la MC93 et nous amener à faire un « Quartier Général ». C'est parce que nous avons envie de partager avec vous le cheminement du groupe des commanditaires – dont le seul point commun était de fréquenter la MC93 –, envie de réfléchir à comment mieux dire le sujet des œuvres qui nous manquent et qu'on attend, envie de trouver ces liens ténus entre art et activisme, action et représentation. Bref, répondre ensemble à la commande qui a émané du groupe des citoyens/spectateurs/commanditaires : « comment agir ensemble au théâtre ? » — Hortense Archambault, directrice

Dans l’esprit des précédents Quartiers Généraux, la MC93 saisit l’opportunité de la commande du groupe des Nouveaux commanditaires réuni autour d’elle — « Comment agir ensemble ? » — pour y répondre pendant quatre jours en accueillant des initiatives culturelles et des œuvres artistiques.

Les Nouveaux commanditaires de la MC93


Le social brû(il)le
Collectif Travaux Publics

Du 2 au 5 février 2023
Théâtre — création MC93
Durée estimée 2h – Nouvelle Salle

Le collectif Travaux Publics s’est vu confié la thématique du spectacle par les Nouveaux commanditaires de la MC93. Il a choisi de s’y pencher en rencontrant des acteurs de l’intervention sociale et du soin. Le collectif restitue dans une expérience théâtrale salutaire les étonnements, inventions, métamorphoses et aspirations communes suscités par ces échanges entre travailleurs et artistes.

+ d'infos

Chroniques d'une commande - Extraits

  • OCT. 2018 - OCT. 2019 | Quelle thématique ? Quel artiste ?


    C'est une démarche totalement inédite qu'entame en octobre 2018 la MC93, en sollicitant, par mail, quelques six cents personnes ayant participé au moins une fois depuis 2015 aux actions de la « Fabrique d'expériences ». Cet appel à participation est formulé ainsi : « Que voudriez-vous voir sur une scène de théâtre ? Quelles problématiques vous intéressent, vous semblent importantes ? Quelles envies avez-vous ? ». Vingt-six contributions sont alors reçues, à partir desquelles des réunions de volontaires vont démarrer. Un groupe d'une trentaine de personnes se retrouve pendant près de deux ans, accompagné par des membres de la direction et de l'équipe de la MC93, ainsi que par Mari Linnman, médiatrice familière du protocole des Nouveaux commanditaires.

    À travers un cheminement très singulier, qui a surpris tout le monde y compris ses propres membres, il faudra huit réunions pour que le groupe parvienne à identifier une commande et choisisse un collectif d'artistes. On forme d'abord des sous-groupes, puis l'on y renonce, car cela paraît contraire à une prise de décision collective. Il faut avancer dans le débat tous ensemble : choisira-t-on alors le plus petit dénominateur commun ? Cela est trop réducteur. Des idées fusent, le groupe exprime un intérêt pour le territoire et pour la vie citoyenne : « C'est quoi Bobigny ? Comment en parler ? L'actualité au théâtre ? Les Gilets Jaunes, les nouvelles technologies ? Le théâtre comme acteur ou spectateur d'un monde qui change ? La mobilité : comment vient-on au théâtre ? D'où y vient-on ? »
    Au 5e rendez-vous, le groupe de commanditaires souligne la difficulté de s'accorder sur un sujet précis. Chaque commanditaire est porteur de quelque chose d'important, d'un sujet qui l'anime. Et à chaque fois que l'on tente d'approfondir ensemble les préoccupations de chacun, celles-ci se diluent ou s'appauvrissent dans le collectif. Les commanditaires constatent donc le morcellement des idées et l'impossibilité de choisir un sujet parmi tous ceux qui avaient été reçus par mail.

    Le groupe est mû par la volonté de ne pas recourir à des modes de décision classiques, avec des outils habituels tels que le vote majoritaire, ou une hiérarchisation des propos. Finalement, il semble aux médiateurs que ce débat est un véritable sujet d'actualité qui questionne les modes de la démocratie : « Comment agir ensemble ? » est sans doute la question qui traduit le mieux la commande qui vient d'émerger. La 7e réunion se conclut par la proposition par les médiateurs d'une liste de quatre artistes pressentis pour la réalisation de cette commande. Lors de la 8e réunion, à l'issue d'un tour de table sans vote formel, les Nouveaux commanditaires choisissent l'artiste Sandra Iché et le collectif Travaux Publics*.
    * Le collectif Travaux Publics est constitué de Virginie Colemyn, comédienne, Marjorie Glas, sociologue, Renaud Golo, comédien et metteur en scène, Sandra Iché, metteuse en scène, Lénaïg Le Touze, comédienne.

  • 2 OCT. 2019 | Première rencontre commanditaires — artistes


    Lors de ce premier face-à-face, après un tour de présentation des commanditaires, Sandra Iché prend la parole pour saluer ses nouveaux partenaires : « Je trouve cela très touchant de mesurer, à vous entendre parler, ce que cela a été pendant tout ce temps de vous rencontrer, d'apprendre à vous connaître, à vous parler et à vous mettre d'accord ou pas – je trouve assez réjouissant que vous ayez refusé les impératifs méthodologiques ! – et que vous vous en soyez tenus à ne pas prendre de décision pour qu'aucune proposition prenne le pouvoir sur une autre (…) Là, vous nous commandez un objet artistique et nous avons envie de vous répondre collectivement, donc il va falloir que nous travaillions à trouver la juste articulation entre motivation intime – dont personne ne peut faire fi parce que si on en fait fi on n'existe plus – et réponse collective. »

    « Nous voulons vous le dire aussi : nous ne savons pas “travailler sur un thème” ! (rires approbateurs des Nouveaux commanditaires). Dans les processus de création tels que nous les pratiquons généralement, il n'y a pas de plan au départ mais souvent des envies au fur et à mesure : rencontrer des gens, un goût pour la possibilité que si une chose commence à apparaître, très vite on se rend compte qu'elle en cache une autre, un goût pour la déstabilisation d'un propos ou d'un objet – faire croire que c'est ce dont on va parler mais en fait parler d'autre chose… Et creuser cette mise en abyme-là de sens, de la multiplicité de sens derrière un mot ». Les Nouveaux commanditaires semblent enthousiastes. Un nouveau protocole de discussions incluant les commanditaires et le collectif d'artistes est adopté. À partir de janvier 2020, plusieurs rencontres seront vouées à préciser davantage la commande : l'aventure prend forme.

  • 1 OCT. 2021 | Présentation de l'étude par les artistes


    Après deux ans de dialogue et de recherche traversés par la pandémie de Covid, le collectif Travaux Publics doit présenter aux Nouveaux commanditaires, le 1er octobre 2021, les résultats d'une phase d'« étude ». Leur validation est une étape nécessaire dans le dispositif, pour passer à la phase de « production » de l'œuvre. Dans une réunion préalable, Travaux Publics a fait le choix, pour répondre à la commande, de se concentrer sur l'action des travailleurs sociaux. Depuis les années 1930, c'est en effet à eux qu'on délègue le fait de prendre soin de la société. Ils sont au fait de l'état du monde, ce qui était une des préoccupations majeures figurant dans les premiers textes de la commande. Derrière ce choix, il y a également une volonté de Travaux Publics de remonter l'histoire du théâtre populaire et des actes militants. « Agir ensemble » c'est aussi se demander : de quoi héritons-nous à travers le théâtre populaire ?Lors de ce rendez-vous, Travaux Publics déploie une affiche sur laquelle est inscrite une question : « Comment penser la relation entre des personnes vivant des situations singulières de détresse et/ou d'indignité, et l'État social, de sorte à améliorer leur puissance d'agir, individuelle et collective ? ». Travaux Publics commente : « Nous souhaitons rencontrer, dans l'année qui arrive, un groupe de travailleurs sociaux exerçant en Seine-Saint-Denis et collaborer avec eux toute l'année pour arriver à une production théâtrale : une grande forme qui se transmettra en petites formes itinérantes. Et nous avons une autre demande ce soir : souhaiteriez-vous assister aux ateliers que nous allons mener avec ce groupe de travailleurs sociaux et nous accompagner comme observateurs critiques sur cette question qui nous occupe désormais ? ». Un « Oui ! » joyeux fuse de la salle.

    Le collectif poursuit : « Il s'agit donc de nous retrouver avec un groupe de travailleurs sociaux qui remplissent des fonctions différentes, pendant une année, autour d'ateliers, pour essayer de comprendre comment ils créent du lien social à l'endroit où ils sont, comment ils agissent collectivement, et pour leur demander comment répondre avec nous à votre question. C'est la matière qui sera collectée au cours des ateliers avec les travailleurs sociaux, auxquels vous êtes invités à participer, qui servira à faire le spectacle : grande et petites formes. Nous comptons sur vous pour continuer, comme vous l'avez fait jusque-là, à exercer ce travail critique face à nos propositions pour la suite du projet ».

    En conclusion, l'objet de la réunion est rappelé : « Nous allons bientôt signer un contrat ! ». Les Nouveaux commanditaires sont invités à exprimer leurs impressions sur ce qui vient d'être exposé. À l'issue d'un tour de parole à la fois grave et ému, le contrat en jeu ce soir est considéré comme officiellement signé.

  • OCT. 2021 - SEPT. 2022 | Ateliers de création avec les travailleurs sociaux


    Le collectif Travaux Publics va inviter à la MC93, à raison d'une journée tous les deux mois, un groupe de travailleurs sociaux à participer à des ateliers qui se déroulent à chaque fois selon un ordre du jour différent, proposant des jeux de rôles et des échanges nourris par la présentation de divers documents. L'un de ces ateliers propose de raconter et mettre en commun des situations « où vous avez été contraints, dans le cadre de votre travail, de faire quelque chose qu'en conscience vous n'auriez pas fait, vous vous êtes retrouvés dans une impasse, en contradiction avec vos propres convictions, vous êtes devenus malgré vous l'agent d'un système oppressif ». Chacun est invité à prendre quelques minutes pour se remémorer une telle situation puis partager cette expérience avec le groupe, avant que l'on élise une situation sur laquelle le travail se poursuivra.

    Les récits révèlent divers conflits de conscience ayant été vécus : sentiment de trahison vis-à-vis d'un jeune dont le cas est exposé en réunion, une personne qui se retrouve évaluée alors qu'elle n'est pas accompagnée et l'engrenage destructeur qui en résulte, une personne que l'on réprimande en fonction de critères édictés auxquels on n'adhère pas, le tri des candidats pour l'accès à une aide, l'intervention de politiques en passe-droit, la limitation administrative de l'assistance dans des cas d'urgence criante. Un débat s'ensuit d'où ressort le rôle majeur des financements et de leur répartition entre administratifs et exécutifs.

    Plus tard, le collectif propose de passer à un exercice particulier, Fiction collective pour un acte révolutionnaire (Boxer la définition) : un groupe de travailleurs sociaux est mis à pied par sa hiérarchie suite à un acte illicite de plusieurs usagers dont ils étaient responsables. Ils se réunissent. C'est le début d'une longue nuit qui va consister à réécrire un certain nombre de choses que les travailleurs sociaux vont ensuite aller défendre auprès d'une instance qui pourrait faire évoluer la situation. La première chose que le collectif propose aux travailleurs de réécrire c'est la définition du travail social par le Haut Conseil du Travail Social qui est devenu un décret en 2017. Ce travail de rédaction passe par le choix, pour chaque participant, d'un personnage fictif qu'il endosse. L'atelier est joyeux et fructueux, entérinant une critique radicale du travail social tel qu'il est organisé, et y revendiquant l'importance de la dignité et de la poésie.

Artistes et travailleur·ses sociaux au cœur du spectacle



Artistes et travailleur·ses sociaux œuvrent depuis 2 ans à restituer dans une expérience théâtrale les étonnements, inventions, métamorphoses et aspirations communes suscités par leurs échanges. Le social brû(il)le, donnent ainsi vie à des situations inspirées du terrain tout en convoquant poésie, humour, utopie et invitent à des pistes brûlantes de réflexion.

Nous sommes heureux de vous présenter trois d'entre eux, qui nous partagent leur quotidien et leur investissement dans le projet !

Découvrez tous les portraits

Tables rondes


Les Nouveaux commanditaires :
expérimenter la commande, de la curiosité à la réalisation

Du 2 au 5 février 2023
Tables rondes animées par Joséphine Lebard

Le groupe des Nouveaux commanditaires de la MC93 partage son expérience avec le public : de l’élaboration de la commande à travers un processus long, au suivi de la création du spectacle, objet de cette commande, en passant par le choix des artistes. Depuis 2018, des spectateurs qui ne se connaissaient pas sont devenus un groupe de Nouveaux commanditaires. Ils souhaitent lors du Quartier Général témoigner et réfléchir sur ce travail au long cours, ses embûches, ses joies et la possible transformation qui s’est effectuée chez chacun d’entre eux.

+ d'infos

Le projet des Nouveaux commanditaires à la MC93 est soutenu par La Fondation de France.

Brunch au café-restaurant


Le samedi 4 février, le café-restaurant de la MC93 vous propose un brunch.

Brunch de 11h à 15h
Formule classique ou végétarienne à 20€

Réservation
par téléphone au +33 (0)1 41 60 72 65
ou par mail à restaurant@mc93.com