Les Derniers jours de l'Humanité

Les Derniers jours de l'Humanité

Nicolas Bigards
2017 — 2018


En mettant en scène Les Derniers jours de l'Humanité de Karl Kraus, le metteur en scène Nicolas Bigards s'attaque à une œuvre colossale : 209 scènes, plus de 500 personnages composent ce monde cacophonique que la Première guerre mondiale précipite dans le gouffre. 

En résidence à la MC93 au cours de la saison 2017-2018, Nicolas Bigards cherche à faire entendre cette dimension polyphonique - discours, slogans, manchettes de presse... - qui hante l'œuvre de Karl Kraus. Pièce du quotidien de la vie, la présence d'amateu·rices peut contribuer à en restituer l'atmosphère. C'est ainsi que près de soixante-dix comédien·nes non-professionnel·les vont prendre part au projet. 

« Ce qui a construit ce projet, c’est bien sûr une volonté d’aboutir à une forme finale mais aussi le partage du processus de création. Je voulais que les les acteurs amateurs soient une finalité du projet, qu’ils apprennent en faisant et que nous, équipe artistique, on leur apporte un savoir-faire, une découverte du travail de l’acte de création. » 

Nicolas Bigards

Pas d'audition pour faire partie de la pièce. C'est l'engagement qui prime aux yeux de Nicolas Bigards. De fait, embarquer à bord des Derniers jours de l'Humanité implique pour les amateur·rices de se rendre disponible régulièrement de janvier à juin 2017. Afin que chaque participant·e se sente pleinement investi·e et progresse, Nicolas Bigards alterne les séances plénières avec les sessions de travail en groupes plus retreints. La pièce est présentée en janvier 2018 dans la grande salle de la MC93. 

Les derniers jours de l'humanité - Nicolas Bigards © Christophe Raynaud De Lage
Mélanie faire corps

Un film d'Hélène Ricome

 

 

Nous sommes en 2017, pendant les répétitions des Derniers jours de l’Humanité sur le plateau de la MC93. Mélanie doit composer une fresque orgiaque avec des dizaines d’autres comédiens amateurs qui participent comme elle à cette adaptation monumentale. Mélanie bouge maladroitement, les corps se cherchent, les peaux se touchent. Au fil des répétitions, Mélanie va explorer une autre perception d’elle-même…

Depuis une vingtaine d’années, Hélène Ricome partage, par le prisme du cinéma, ce que nous apporte émotionnellement le spectacle vivant. La MC93, désireuse de garder traces de la création hors norme mis en scène par Nicolas Bigards sur une adaptation du texte de Karl Kraus, invite la réalisatrice à suivre les derniers jours de répétitions en 2017. Quelques années plus tard, apparaît un film, témoin du regard de la réalisatrice sur les rushs, happée par la personnalité de Mélanie dont le portrait au milieu du groupe dessine avec justesse cette expérience théâtrale intense.