mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Saison 2018 / 2019

Présentation

Construire un feu

Sylvain Creuzevault
18 > 20 décembre  – 40 min – Nouvelle salle
Théâtre, Jeune public — Création

Ces spectacles débutent la série Les Tourmentes. Avec elles, Sylvain Creuzevault inaugure un travail sur des formes qu’il présente comme des « peintures animées », des « natures vives » mettant en scène des individus face à des espaces naturels hostiles. À l’origine, il y a le besoin d’exposer avec un minimum de mots les peines que nous nous infligeons et qui nous traversent, en présentant des hommes et des femmes qui « affrontent la nature comme châtiment ».

Je suis coupable, et Les Tourmentes sont mes juges. C’est la mer démontée, dessinée par Stéphane Mallarmé dans son poème Un Coup de Dés jamais n’abolira le Hasard, qui devient le livret d’un opéra confié au compositeur Pierre-Yves Macé ; c’est la nature glaciale figurée par Jack London dans Construire un feu ; ou encore la grande sécheresse d’un désert à traverser... Autant d’allégories de nos combats intimes dont il s’agit de sortir réparés – des allégories que le metteur en scène, paradoxalement, souhaite rendre « aussi théâtralement douces que possible ». Pour, peut-être, redonner au théâtre sa force de consolation collective.

Avec le Festival d’Automne à Paris,
​en partenariat avec France Culture

      

Générique

Mise en scène Sylvain Creuzevault

Avec Frédéric Noaille et Alyzée Soudet

  • Scénographie Jean-Baptiste Bellon
  • Costumes Gwendoline Bouget
  • Masques Loïc Nébréda
  • Son Michaël Schaller
  • Lumières Gaëtan Veber
-

Production Le Singe

Coproduction Scène nationale Brive — Tulle, Théâtre Garonne — scène européenne — Toulouse, MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Festival d’Automne à Paris

Coréalisation MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Festival d’Automne à Paris

Spectacle créé le 5 novembre 2018 à la Scène nationale Brive — Tulle.

Dates
  • mar 18 décembre 2018 – 14h30
  • mer 19 décembre 2018 – 14h30
  • jeu 20 décembre 2018 – 14h30
tarifs

Adhérez au Pass illimité
pour 7€ à 12€ par mois !


Réservations hors Pass illimité
à partir du 28 juin.

Vous pouvez aussi réserver
par téléphone au +33 (0)1 41 60 72 72
et par mail.