mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Magazine

29 septembre 2023
À lireEntretiens2023-2024

Partager de nouveaux récits

Entretien avec Carole Karemera

En quoi ce spectacle est-il lié à votre parcours de femme et d’artiste ?

Je suis née à Bruxelles il y a 48 ans, de parents rwandais. Ma mère a fui les pogroms en 1959 et mon père y a étudié. Mon grand-père s’est enfui au Burundi et mes frères et mes sœurs ont grandi au Rwanda, en DRC et au Burundi, où je passais parfois les vacances. Voilà comment nos vies se sont tissées dans cette région-là, et m’ont donné l’envie de mieux la connaître. Les liens profonds entre ces trois pays sont quasi inexistants dans les livres d’histoire qui parlent principalement de l’arrivée de Léopold II et de la conférence de Berlin. Et pourtant ils sont très forts. D’autre part, en tant que jeune femme noire en Europe, la question de l’absence de représentation de nos corps et de nos histoires sur les scènes théâtrales m’a beaucoup interpelée. Les auteurs africains étaient inexistants au Conservatoire. J’ai souvent entendu dire qu’il n’y avait pas d’auteurs de théâtre africains à cause de la culture de l’oralité. Donc je crois que les choix et les rencontres artistiques que j’ai pu faire ont été orientés par mon souhait d’en savoir plus sur cet énorme continent, celui de mes ancêtres, pour raconter des histoires contemporaines avec le corps que j’ai, avec ma façon d’être Afropéenne. 

Comment vous sentez-vous liée avec le continent africain depuis le Rwanda ?

Cela fait vingt ans que je suis rentrée vivre au Rwanda et comme pas mal de gens « de retour » − c’est comme ça qu’on nous appelle − je me suis sentie la responsabilité de participer à la reconstruction de mon pays, avec les outils que j’ai, les arts, pour créer aussi de nouvelles relations dans la région qui a été affectée par la fuite des génocidaires. Depuis mon retour, j’ai sillonné la région des Grands Lacs d'Afrique de l'Est pour rencontrer des artistes, voir comment on peut se soutenir dans un contexte politique régional instable et fragile. Et comment on peut composer et partager de nouveaux récits avec nos populations qui se moquent bien des frontières et qui sont très solidaires. J’ai aussi voyagé et travaillé en Éthiopie, à Djibouti, en Afrique de l’Ouest ou encore en Afrique du Sud et appris comment les intellectuels et les artistes de ces pays pensent l’art et son lien avec la société. Fondamentalement, je crois nécessaire d’aller chercher les histoires dont on ne parle pas, qu’on efface volontairement pour nier des héritages et des patrimoines. Je crois qu’elles contiennent des trésors de connaissances qui nous permettraient de mieux appréhender le monde et de trouver des solutions pour mieux vivre ensemble. C’est assez idéaliste, je sais. Je suis animée, et ce depuis toujours, par cette envie de réparer, de réinventer les liens.

« Le spectacle part de ce que nos enfants voient du monde. »

En quoi consiste le projet Small Citizens dont est issu le spectacle ?

L’idée de Small Citizens était de réunir au Rwanda de jeunes artistes des trois pays pendant deux ans, avec des rendez-vous réguliers, et de réfléchir avec eux à ce qu’ils auraient envie de raconter aux enfants d’aujourd’hui pour en faire des citoyens plus vigilants et plus bienveillants. On a ainsi rassemblé plus de trente artistes, tous très jeunes : auteurs, metteurs en scène, musiciens, comédiens, artistes visuels. Au bout d’un an et demi, les histoires qui revenaient tournaient autour des ressources naturelles, de l’eau, du bien-être, et du désir de paix. Denis, Bernard et moi avons alors commencé à accompagner le processus de création. C’est ainsi que Les enfants d’amazi sont nés. Amazi signifie « eau » en Swahili. C’est aussi une divinité que l’on retrouve dans de nombreux contes. La question des lacs et de l’eau est vitale dans la région. Les enfants y nagent, ils ont tous des citernes à eau à la maison. Le spectacle part donc de ce que nos enfants voient du monde.

Quels ont été les obstacles à surmonter pour réaliser cet ambitieux projet ?

En fonction des événements au Burundi et au Congo, des artistes arrivaient parfois tendus et donc il était nécessaire de prendre un temps de discussion et d’apaisement, avant de commencer à créer. Certains participants éprouvaient aussi des difficultés à s’adresser aux enfants, à trouver quoi leur dire du présent, étant eux-mêmes orphelins ou n’ayant jamais eu personne pour leur conter des histoires. Dans ce contexte, le dialogue est essentiel à chaque étape du processus. Il était ensuite important de créer un espace de confiance où tous étions à égalité dans une position humble de nouvel apprenant, quels que soit nos âges ou nos moyens. L’expérience et la bienveillance de l’équipe du Papyrus (Bernard, Denis, Christine, Valérie et Fred) combinées avec l’enthousiasme et l’expérience de l’équipe d’Ishyo et d’Umunyinya furent précieux. On entend trop souvent dans des collaborations internationales, des histoires de manipulation et de frustration entre les partenaires du Sud et du Nord. Ici ce ne fut pas le cas. La communication et le respect mutuel sont la clé. On a bien entendu dû surmonter des problèmes concrets, comme les coupures d’électricité, les problèmes de mobilité, de visa, etc. Il s’agissait avant tout de prendre soin de tout et tout le monde. D’où le partage des tâches, des dépense