mc93_icon_1mc93_icon_10mc93_icon_11mc93_icon_12mc93_icon_13mc93_icon_14mc93_icon_15mc93_icon_16mc93_icon_17mc93_icon_18mc93_icon_19mc93_icon_2mc93_icon_20mc93_icon_21mc93_icon_22mc93_icon_23mc93_icon_24mc93_icon_25mc93_icon_26mc93_icon_3mc93_icon_4mc93_icon_5mc93_icon_6mc93_icon_7mc93_icon_8mc93_icon_9menu-billetteriemenu-calendriermenu-offcanvasmenu-saisonnoir_et_rouge_01noir_et_rouge_02noir_et_rouge_03noir_et_rouge_04noir_et_rouge_05noir_et_rouge_06noir_et_rouge_07noir_et_rouge_08noir_et_rouge_09nouveau_symbol_01nouveau_symbol_02nouveau_symbol_03nouveau_symbol_04nouveau_symbol_05nouveau_symbol_06nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08nouveau_symbol_09pass-illimite

Saison 2017 / 2018

Salle Oleg Efremov
Présentation

The Show must go on

Jérôme Bel
Danse
12 > 16 décembre
- 1h30

20 performeurs, 19 chansons et un DJ. À partir d’un simple dispositif d’actions/réactions entre des hits et des corps, Jérôme Bel a conçu un spectacle qui fait se rejoindre affect et concept, inconscient collectif et exposition du singulier. Repris avec des membres de la Candoco Dance Company — compagnie anglaise qui réunit des danseurs handicapés et non handicapés — le spectacle continue (de continuer)…

Formule usuelle, The show must go on est aussi le titre d’une célèbre chanson de Queen. C’est aussi le nom d’une des pièces les plus connues du chorégraphe Jérôme Bel – pièce qui, par la simplicité de ses effets, a valeur de manifeste conceptuel. Mais c’est aussi, recouvert par ces deux couches référentielles qui en feraient presque oublier le sens, un énoncé : « le spectacle doit continuer », où s’affirme la persistance des corps – et de la danse – une fois que l’on a retiré les artifices de la virtuosité ou du beau mouvement. Des chansons, des corps, des énoncés, rien de plus : une sorte de karaoké chorégraphique où les performeurs font exactement ce que (leur) disent les chansons, creusant un décalage entre ce que l’on regarde et ce que l’on entend, ce que l’on attend et ce que l’on reçoit, ce que l’on ressent et ce que l’on perçoit.

Comme toujours chez Jérôme Bel, la pièce ne se réduit pas à son concept, mais sert à l’amplifier, à élargir ses combinatoires à tout ce qui advient dans l’instant. Depuis sa création en 2001, The show must go on n’a cessé de continuer. Cette nouvelle version, avec la Candoco Dance Company, où travaillent ensemble danseurs, amateurs, handicapés et non handicapés, produit des échos avec les créations récentes du chorégraphe, comme Disabled Theater ou Gala, attestant sa capacité à absorber d’autres corps : à continuer, envers et contre tout, à faire résonner et à interpréter les signifiants de l’époque.

Dans le cadre du Portrait Jérôme Bel présenté par le Festival d'Automne à Paris



Avec le Théâtre de la Ville — Paris

 

En partenariat avec France Culture

Générique

Conception et direction Jérôme Bel

De et par (en alternance) Vanessa Abreu, Jo Bannon, Suzie Birchwood, Joel Brown, Jia-Yu Chang, Gary Clarke, Mickaella Dantas, Karim Dime, Olivia Edginton, Robert Eldridge, Linda Fearon, Katy Francis, Andrej Gubanov, Jason Mabana, Tom Morgan, Matthew Morris, Laura Patay, Susan Sentler, Betty Skelton, Mickel Smithen, Toke Broni Strandby

Musique Leonard Bernstein, David Bowie, Nick Cave, Norman Gimbel et Charles Fox, J. Horner, W. Jennings, Mark Knopfler, John Lennon et Paul McCartney, Louiguy, Galt Mac Dermott, George Michael, Erick “More” Morillo and M. Quashie, Édith Piaf, The Police and Hugh Padgham, Queen, Lionel Richie, A. Romero Monge et R. Ruiz, Paul Simon

-

Coproduction Théâtre de la Ville – Paris, Gasthuis, ICI - Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon, Choreographic Centre, Arteleku Gipuzkoako Foru Aldundia, R.B. Jérôme Bel.

Coréalisation MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Théâtre de la Ville — Paris, Festival d’Automne à Paris

Avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif et du Fonds Handicap & Société par Intégrance.

Avec le concours du British Council.

Biographie(s)
Jérôme Bel

Jérôme Bel vit à Paris et travaille internationalement.

nom donné par l'auteur (1994) est une chorégraphie d'objets.  Jérôme Bel (1995) est basée sur la totale nudité des interprètes.  Shirtologie (1997) met en scène un danseur portant plusieurs dizaines de T-shirts. Le dernier spectacle (1998) cite un solo de la chorégraphe Susanne Linke, ainsi qu’Hamlet et André Agassi. Xavier Le Roy (2000) est signée par Jérôme Bel mais entièrement réalisée par le chorégraphe Xavier Le Roy. The show must go on (2001) réunit vingt interprètes, dix-neuf chansons pop et un DJ. Véronique Doisneau (2004) est un solo sur le travail de la danseuse de l’Opéra de Paris, Véronique Doisneau. Isabel Torres (2005), pour le ballet du Teatro Municipal de Rio de Janeiro, en est la version brésilienne. Pichet Klunchun and myself (2005) est conçu à Bangkok avec le danseur traditionnel thaïlandais Pichet Klunchun. S’ensuit Cédric Andrieux (2009), danseur de Merce Cunningham. Abschied (2010) est une collaboration d’Anne Teresa De Keersmaeker et Jérôme Bel à partir du Chant de la Terre de Gustav Malher. Disabled Theater (2012) est une pièce avec les acteurs professionnels handicapés mentaux du Theater Hora, compagnie basée à Zurich. Cour d'honneur (2013) met en scène quatorze spectateurs de la Cour d'honneur du Palais des Papes à Avignon. Avec Gala (2015), le chorégraphe fait danser ensemble professionnels de la danse et amateurs issus de divers horizons. Pour Tombe (2016), pièce créée à l'invitation de l'Opéra National de Paris, Jérôme Bel a proposé à des danseurs du ballet d’inviter, pour un duo, la personne avec laquelle jamais ils ne partageraient cette scène.

En savoir +

tarifs

25€ à 9€

Vous souhaitez réserver par téléphone ?
Contactez-nous au +33 (0)1 41 60 72 72

À savoir

La Garderie éphémère
Chaque samedi, la MC93 s'occupe de vos enfants pendant que vous assistez au spectacle. + d'infos