mc93_icon_1 mc93_icon_10 mc93_icon_11 mc93_icon_12 mc93_icon_13 mc93_icon_14 mc93_icon_15 mc93_icon_16 mc93_icon_17 mc93_icon_18 mc93_icon_19 mc93_icon_2 mc93_icon_20 mc93_icon_21 mc93_icon_22 mc93_icon_23 mc93_icon_24 mc93_icon_25 mc93_icon_26 mc93_icon_3 mc93_icon_4 mc93_icon_5 mc93_icon_6 mc93_icon_7 mc93_icon_8 mc93_icon_9 menu-billetterie menu-calendrier menu-offcanvas menu-participez menu-saison noir_et_rouge_01 noir_et_rouge_02 noir_et_rouge_03 noir_et_rouge_04 noir_et_rouge_05 noir_et_rouge_06 noir_et_rouge_07 noir_et_rouge_08 noir_et_rouge_09 nouveau_symbol_01 nouveau_symbol_02 nouveau_symbol_03 nouveau_symbol_04 nouveau_symbol_05 nouveau_symbol_06 nouveau_symbol_07 nouveau_symbol_08 nouveau_symbol_09 pass-illimite
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies, nous permettant d'améliorer votre expérience d'utilisation. OK

Le projet de la MC93

bienvenue à la MC93

Penser et mettre en place un théâtre public aujourd'hui

Tous les chemins et les routes d’une cité idéale mènent de manière plus ou moins directe en son centre. Là, il y aurait un « théâtre », ouvert. C’est parce que la cité idéale veillerait à fabriquer jour après jour sa représentation du monde et à la partager, qu’elle pourrait être tout à la fois dans le doute et la conviction. Le « théâtre » idéal serait un grand espace, constitué de différentes salles avec des capacités très variables. Ce serait un lieu où peuvent se rassembler des foules, mais aussi où se dérouleraient des conversations intimes. Ce serait une fabrique à spectacles, associant étroitement création contemporaine et pratiques de spectateurs, réunissant les mouvements d’éducation populaire et les avant-gardes artistiques. Laboratoire de nouvelles formes aussi bien sur les plateaux que dans la salle, s’inscrivant en cela dans l’histoire du théâtre public profondément marqué par l’utopie émancipatrice de l’art et s’appuyant sur la force symbolique de sa programmation artistique. Ce « théâtre » se penserait sur deux axes, celui qui accompagne les artistes comme celui qui accompagne le public. Ce serait un lieu cohérent, articulé et libre, permettant d’expérimenter des nouvelles manières de créer comme de nouvelles manières d’aborder l’œuvre. Naturellement la rencontre de tous les habitants de la cité idéale se ferait au sein de ce « théâtre » habité par eux, dont l’espace et les circulations intérieures seraient adaptés. Ce serait le cœur de la cité, le lieu du peuple et de sa convivialité.
Il y aurait des espaces dédiés à la création, secrets et relativement protégés de l’extérieur ; d’autres espaces en seraient contigus, ceux de l’école du regard, lieu de paroles, de transmission, lieu de travail, de confrontation tout à la fois. Artistes et spectateurs y circuleraient tour à tour, mêlés ou séparés, selon ce qu’ils y feraient.
Il ne s’agirait pas de communier autour d’œuvres d’art, il s’agirait de fabriquer du commun dans la capacité à chaque habitant de cette cité idéale de partager avec les autres une expérience esthétique, d’en éprouver leurs divergences et de les affronter. La cité idéale serait forcément complexe, faite de frottements, de cultures différentes, de générations en conflits. Mais au cœur d’elle-même, s’opèrerait à travers le « théâtre », la possibilité de vivre ses contradictions dans la douceur, au-delà d’une violence assumée et dépassée.

Hortense Archambault, extrait discours du 1er juillet 2015 au BIS de Nantes

Qu'est-ce que la Fabrique d'expériences ?

La Fabrique d'expériences part du constat que le théâtre public doit se penser non plus uniquement comme un lieu de programmation de spectacles, mais aussi comme un lieu qui contribue à faire ensemble société — un espace de mixité sociale et de métissage culturel.

Avec la Fabrique d’expériences, s’élargit donc 
le champ des possibles permettant de se déplacer et de se déprendre des catégories existantes 
pour changer de point de vue, en renouvelant 
les modes de relation d’une institution avec 
ses usagers. Il s’agit de réfléchir au périmètre 
de nos actions et de nos compétences. 
Comment, par exemple, adapter notre action
 aux modes de vie différenciés de nos sociétés multiculturelles, les reconnaître et les faire coexister ?

La réflexion sur les droits culturels nourrit la Fabrique. Cependant, leur définition très large rend complexe leur appréhension concrète 
et nécessaire leur expérimentation. Découlant des théories sur les droits humains, il s’agit d’accroître en chacun de nous sa capacité à négocier une meilleure position pour soi-même dans la société. Dans le domaine culturel, on peut traduire cela par la capacité de chacun à générer et déployer son propre imaginaire. Il n’y a pas de règle pour cela et c’est ce qui en fait tout l’intérêt et la difficulté.

Véritable laboratoire, la Fabrique explore,
 pour ce faire, plusieurs modalités : ateliers 
de pratiques théâtrales, participation à des projets spécifiques, rencontres régulières avec les artistes en résidence. Elle propose également aux spectateurs d’être les compagnons, les ambassadeurs, en un mot, les acteurs des activités de la MC93.

La Fabrique d’expériences est un espace de liberté où chacun est tour à tour participant et chercheur, où les projets émanent de tous, artistes, enseignants, de groupes de spectateurs ou de personnes du champ social. Un espace qui 
est à la fois un lieu de création et d’émancipation.

Elle s’articule autour de trois axes : 
la jeunesse, l’hospitalité, le territoire de Bobigny et de la Seine-Saint-Denis.

Histoire de la MC93